Fresque a St Girons

Les élèves ont réalisé un mémorial de la paix

,

Enseignement et formation – Saint-Girons (09) – Lycée Bergès

Les élèves musiciens du lycée Bergès. Parmi eux, les membres du groupe Madbbi, qui sera en concert au mois de juin à Saint-Girons./Photos DDM

Les élèves musiciens du lycée Bergès. Parmi eux, les membres du groupe Madbbi, qui sera en concert au mois de juin à Saint-Girons./Photos DDM

 

 

 

Un mémorial pour la paix vient de voir le jour au lycée des métiers Aristide-Bergès. Afin que les commémorations du centenaire de la Grande Guerre trouvent un sens et une motivation auprès d’eux, les élèves de première baccalauréat professionnel s’étaient fixé pour objectif de réaliser un mémorial pour la paix, sous la forme d’un graff dans la commune.

Tout avait démarré en 2014, alors qu’ils étaient encore en seconde. Ce projet, encadré par les professeurs Claire Diaz-Tocaven, Pascale Magne, «Cathy» Duval et Olivier Tarquini, a impliqué différentes disciplines : lettres, histoire, anglais, espagnol, arts appliqués, finition…

En 2015, ce travail s’est poursuivi et vient de connaître son point d’orgue. Deux ateliers ont été constitués, en tenant compte des préférences et des compétences des élèves. Certains ont travaillé avec les musiciens du trio de pop-rock d’Agen Paganella afin de créer un CD en mettant en musique des textes écrits durant les cours de français, d’espagnol ou d’anglais. Pour l’occasion, un groupe baptisé Madbbi a été formé, avec un batteur, des guitaristes, des bassistes, des chanteurs et un beatboxer, tous élèves du lycée professionnel.

Une fresque de 20 m de long

Un second groupe, dirigé par le professeur d’arts appliqués Olivier Tarquini et aidé par le grapheur toulousain Big Daddy Moun, a réalisé l’impressionnante fresque que les passants ont pu découvrir sur un mur de la place Verdun. Après une initiation à la technique de la peinture aérosol dans les ateliers du lycée, les élèves ont enduit le mur d’une sous-couche puis ont réalisé une esquisse rapide avec une peinture neutre. Les espaces ont ensuite été remplis. Sur le mur dissymétrique, la fresque représente d’abord les destructions de la guerre, la violence, la mort. Puis le paysage se transforme, la couleur illumine un paisible paysage d’Ariège, symbole d’un message de paix.

La fresque, longue de 20 m et haute de 3, porte tout simplement ces quelques mots : «A quoi sert la guerre ?… Imaginons un monde enfin en paix».